Une mystérieuse maison, Marie-Charlotte P., 4e2

Publié le par lettracoubertin

Une mystérieuse maison

 

  Monsieur Jeune était une personne d'un certain âge. Il venait d'emménager dans la rue des Érables avec sa femme. Monsieur Jeune se nommait Albert. Lui était brun et avait des yeux vairons. Il était à la retraite. Sa femme se nommait Elisabeth, elle était blonde aux yeux bleus, maigre. Mais malgré son âge elle était très belle. Elle était secrétaire et allait bientôt passer à la retraite.

Ils avaient emménagé ici pour leur cinquante ans de mariage. La rue des Erables était très calme car presque personne ne s'y rendait. Pourtant, il y avait une belle vue sur les arbres et la montagne. Elisabeth se demandait souvent pourquoi cette rue était si déserte.Le 11 Décembre il y avait un peu de nuages mais le ciel restait bleu. Dans l'après-midi ils allèrent dans une église très belle autant de l’extérieur que de l'intérieur. Ils pique-niquèrent dans un champ merveilleux et retournèrent chez eux.

Les jours passaient,ils étaient heureux plus que jamais, ils retournèrent à l'église tous les samedi.

 

Un matin, Albert remarqua que ses yeux étaient de couleur identique ce qui l'intrigua. Il s'était habitué à sa particularité, à ses yeux vairons et il fut très perturbé de perdre cette particularité. Au fil du temps, il voyait de plus en plus flou mais il se dit que la fatigue et son âge avancé étaient responsables de ces troubles ponctuels de vision.

 

Un jour il vit sa propre maison bouger. Il crut d'abord que c'était une hallucination. Mais il préféra en parler avec sa femme qui ne le crut pas du tout. Elle lui dit en rigolant : « Tu as des hallucinations mon chéri,tu deviens complètement fou ! » Il se dit qu'elle avait sûrement raison.

Deux jours plus tard , il vit de nouveau la maison bouger mais cette fois il ne dit rien. Il était inquiet, tellement inquiet qu'il retourna tous les meubles de la maison pour voir s'il n'y avait pas de mauvaise blague comme un bouton qui pourrait faire une illusion. Il en vint même à creuser dessous la maison mais pas plus longtemps qu'un quart d'heure car sa femme rentrait du travail. Un jour il vit la maison se sur-élever d'un mètre. Il eut tellement peur qu'il resta paralysé.

 

Après un mois d'hallucinations, Monsieur Jeune alla beaucoup mieux d'un jour au lendemain. Tout s'était arrangé : il allait faire ses courses, acheter le pain, bref il faisait tout normalement.

Un jour il tomba malade, il alla voir le médecin en lui expliquant qu'il avait régulièrement des nausées ainsi que des troubles de la vue. Le médecin ne trouva pas ce que Monsieur Jeune avait. Le médecin lui demanda de lui donner des nouvelles de son état. Alors Albert rentra chez lui sans regarder sa propre maison avant d'entrer. Il parla à sa femme de ce qu'avait dit le médecin. Alors comme lui avait demandé ce dernier , Albert l'appela tous les soirs.

 

Pourtant, une semaine plus tard, lors de sa visite hebdomadaire, il annonce au docteur qu'il avait des pertes d'équilibre. Ces troubles commencèrent juste avant de venir chez le médecin. Et cela continua d'empirer. Chaque semaine, Albert se plaignait d'un nouveau trouble. Le docteur était intrigué par le fait que quelque chose d'autre apparaisse dès qu'Albert allait se faire consulter.

 

L'hiver arriva et Monsieur Jeune n'allait toujours pas bien. Maintenant, il avait aussi de la fièvre et mal au dos. Son état s'aggravait de jour en jour. Alors le médecin décida de lui passer des radio, des examens...Mais aucun résultat. Puis une semaine avant Noël il alla voir le médecin et celui-ci toujours incapable de savoir ce qu'il avait décida de lui donner des traitements pour les douleurs.

 

Le jour de Noël Monsieur Jeune allait beaucoup mieux. Plus aucune nausée, plus rien du tout. Lui et sa femme partirent donc au ski pour fêter cela.

En Janvier quand ils revinrent, Monsieur Jeune retrouva toutes ses douleurs mais elles étaient très légères cette fois.

 

Un matin, il décida d'aller acheter le pain pendant que sa femme dormait. Mais lorsqu'il repassa devant sa maison le drame arriva... Il crut voir sa maison décoller d'au moins deux mètres. Il rentra vite en courant et s'empressa de raconter cela à sa femme qui ne le croyait pas du tout. Alors il recommença son traitement.

 

Une semaine plus tard, il se regarda dans le miroir qui était devant la fenêtre et vit que la maison se surélevait. Il se jeta par la fenêtre de peur et tous le regardaient comme s'il était fou. Il décida alors de faire détruire la maison, de faire des fouilles et tout ce qui était possible pour découvrir pourquoi lui et lui seul avait d'étranges visions.

 

Tout cela prit un an exactement. En attendant, la famille Jeune alla au ski dans un beau chalet. Pendant tout ce temps Albert allait très bien. Lorsqu'ils retournèrent à la Rue des Érables tout semblait vide. C'est alors qu'il aperçut sa maison décoller à plus dix mètres du sol à son plus grand regret et sa plus grande peur. Il eut tellement peur qu'il s’évanouit.

Lorsqu’il ouvrit les yeux il était dans un hôpital. Il avait passé un jour dans le coma. En sortant il décida d'aller chez ses enfants en Norvège. Le matin il apprit que sa femme était repartie à la rue des Erables , il la suivit aussitôt et une fois arrivé il pensa que sa femme était au travail donc il ordonna à la Mairie de démolir sa maison.

Il entendit aux informations une fois arrivé chez ses enfants qu'une femme était sous sa maison qui avait été démolie à la Rue des Erable quelques heures plus tôt... Il retourna immédiatement là-bas et se dit qu'il était fou !!! Avait-il raison ? Il se suicida le lendemain ne pouvant se remettre du choc : il avait tué sa femme !

 

Un an après un jeune homme construisit une autre maison à l'emplacement de la maison d'Albert. Un jour, il vit sa maison décoller d'au moins dix mètres.

 

 

Marie-Charlotte P., 4e2

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article